Dans un monde vitesse texto, les informations sur tes intérêts s'archivent au rythme de tes pouces pianotant volontairement ta vie dans la mémoire informatique de ces multinationales au visage voilé du Big Data. Sais-tu où tous ces clics sont enregistrés ? Quels intérêts servent-ils ? Est-ce que nous sommes allés trop loin dans notre dépendance aux technologies? Est-ce que cela devrait être illégal de compiler tant de données sur notre vie privée?

Imagine une espèce de gigantesque banque d'informations parasitées sur ton comportement et compilées chaotiquement dans une matrice, un gros casier à données. Il ne reste qu’à traiter le tout par un algorithme savant programmé pour servir le "grand singe" [1] devenu obsédé par l’argent. Ainsi, seront notés tes intérêts, tes valeurs, tes opinions, tes souhaits, tes désirs, tes craintes, tes aspirations, tes compulsions, tes sautes d’humeurs, tes croyances, tes convictions et j'en passe.

Pensez à ce que l'on peut savoir sur vous, alors que les serveurs compilent soigneusement toutes vos conversations dans les salons privés et votre comportement devant les annonces…

Clic ou pas clic, avec ces mecs, on finit en formule mathématique.

Pensez à cette longueur d'avance que vous donnez à des compagnies multinationales, des sociétés d'États, des assureurs, des banques, le crime organisé, des employeurs variés, sans compter les différents départements militaires ou législatifs, qui, on peut se le dire, fonctionnent avec une version à géométrie très variable de l'honnêteté selon les pays.

La vraie question n'est pas et ne sera jamais de dire avec un genre de fierté : « Eille, je n'ai rien à cacher, moi ! » La vraie question est de savoir qui vous enregistre, épie chacune de vos communications, vos déplacements, vos transaction, vos opinions et vos like en tout genre.

Faites l’exercice de lire votre historique dans votre compte personnel Facebook, et essayez d'imaginer cette personne que vous êtes... Vous verrez à quel point les informations sont précises et parfois troublantes si on s'imagine qu'elles peuvent tomber entre des mains criminelles ou despotiques. On jase là...

Et si Hitler avait eu Facebook pour débusquer les juifs?

La Chine, le nec plus ultra du contrôle social

Vous saviez qu'en Chine, la plupart des gens ont deux téléphones? Que les Chinois sont assujettis de plus en plus au contrôle de l’État à l'aide de ces fameux cellulaires? Et bien, sachez que nos amis les Chinois possèdent, pour la plupart, un score reflétant leur crédit de comportement social [2]. Dans l'éventualité où un de ces pauvres camarades chinois ne possède plus de points - et ils sont plus de 24 milions dans cette situation -, celui-ci se voit refuser l'achat de tickets de transport en commun, subit des augmentations sur les tarifs et une foule d'autres facteurs handicapants sur la qualité de vie, sans oublier les cas d’arrestations préventives.

Vous perdez ou conservez ces points selon si votre tracker GPS concorde avec un déplacement responsable sur la route, en tant que piéton, cycliste ou automobiliste. Prenez garde de ne pas traverser le chemin sur une lumière rouge, car tout est synchronisé et compilé et la sentence est instantanée.

Avec ce genre de gouvernement, pas si différent du nôtre quand on y pense, il n'est pas possible de manifester son indignation ou de relever un comportement mafieux d'un haut dirigeant et d'espérer obtenir de l'écoute ou du changement. Ceux qui ont le pouvoir l'établissent d'abord pour la protection de leur prospérité. Quant au petit peuple, qu’il mange des patates (ou du riz en l'occurence). C'est connu et répertorié.

En conclusion, il n'est pas normal que des sociétés privées se déguisent en confident pour finir par en savoir plus sur mes enfants que moi-même. Le Big Data ne devrait tout simplement pas exister et, pour la protection de l'humanité dans son intégrité, toutes nos données personnelles devraient être effacées de ces serveurs braqués sur nous comme des projecteurs, car c'est une épée à double tranchant.

 

[1]La folie de l'argent transforme l'humain d'une manière à ce que son comportement rappel celui du grand singe. Un leader invisible apparenté au big brother, au gouvernement caché et à son apparente stupidité indue par la cupidité. Très bien utilisé dans la fin épique de la série The Prisoner oû l'on voit le fameux #1 adopter un comportement complètement débile lorsqu'il est démasqué par le #6.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Prisonnier

 

[2]Le crédit social chinois, système de notation des citoyens, sera généralisé dès 2021, science et avenir
https://www.sciencesetavenir.fr/high-tech/le-credit-social-chinois-sera-generalise-des-2021-a-pekin_129703

Yannick Tremblay,

Professionnel du Web depuis 2005